La vraie vie de Adeline Dieudonné

La vraie vie, c’est celle qu’on se choisit.

La vraie vie…. voici un roman étonnant, légèrement déjanté, où le sordide et la cruauté se mêlent à une légèreté assumée. Un récit sur l’enfance confrontée à la méchanceté crasse des adultes, sur la violence ordinaire des familles, mais aussi sur le peps de la jeunesse et son étonnant pouvoir de résilience.
La jeune narratrice présente d’entrée sa famille qui n’a rien à voir avec la famille Ricoré. Dans la tribu des fous je demande la mère,  « amibe effarouchée », terrorisée par son mari, obsédée par le jardinage et l’élevage des chèvres miniatures…. Je demande aussi le père, chasseur et collectionneur de trophées entassées dans les « chambres des cadavres », abruti sans nom qui tabasse à l’occasion sa femme. Je demande aussi le fils, le petit frère Gilles, protégé et adoré par sa grande soeur, qui va hélas se transformer en ado bête et méchant, suite à un tour du destin.
Car un jour la mort s’invite dans la vie des deux enfants, à l’occasion d’un accident qui ferait rire s’il n’était pas meurtrier, je vous laisse le soin de le découvrir, il fallait y penser. Dès lors Gilles n’est plus le même, la mort est entrée en lui, personnifiée par la hyène empaillée qui trône dans la chambre des cadavres, il devient de plus en plus taciturne, torture son hamster puis les animaux du quartier. Tout l’enjeu de cette histoire sera de savoir comment la jeune soeur  réussira à extirper la mort de la maison et du cerveau de Gilles, s’il le faut aux forceps ou à coup de barre à mine.

Voici un roman singulier qui plonge tout à la fois dans un univers complètement familier, celui d’un lotissement moche, avec ses villas moches, et dans un monde fantasmagorique où les adultes sont des ogres ou des sorcières menteurs et dangereux. La narratrice est une Gretel ou un petit chaperon rouge en mode enfant de la middle class des lotissements Bouygues, mais une super héroïne, courageuse, volontaire, enfant précoce passionnée de physique quantique. Le père est un barbe bleue en mode harceleur, sadique, as de la violence conjugale. Le prince charmant est là aussi, en mode champion de karaté tatoué beau comme un dieu et hésitant à tromper sa femme. La vraie vie se lit comme un conte initiatique, parsemé d’épreuves à surmonter, et telle l’héroïne des Oies sauvages de Andersen, la jeune soeur est prête s’il le faut à cueillir à mains nues des orties pour sauver son frère.
Adeline Dieudonné ose le pari du roman à suspens avec toutes les ficelles du page turner, ménageant des effets de surprise vraiment imaginatifs. Elle ose aussi le décalage et la drôlerie, dans un univers d’une violence inouïe. Les adultes ne sortent vraiment pas grandis de ce livre qui met en valeur l’énergie et le courage de la jeunesse  cherchant à s’extirper des déterminismes familiaux et sociaux. Un premier roman étonnant de la première à la dernière page.

Ed l’iconoclaste, 2018

 

Ca raconte Sarah de Pauline Delabroy-Allard

Ca raconte Sarah, Sarah conte Sarah ou le roman de la perte de soi.

C’est d’abord et avant tout une histoire d’amour fou. Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un roman d’amour, un vrai, d’une telle intensité, et avec l’écriture qui scotche. C’est l’histoire d’une rencontre, puis d’une relation passionnelle entre deux femmes, Sarah et la narratrice, qui laisse entrer dans sa vie un peu terne une tornade : Il n’y avait rien, du silence, des rires affectés, des mines cérémonieuses, et, tout d’un coup, il n’y a qu’elle. La courte phrase Elle est vivante scande d’ailleurs la première partie du roman, rappelant combien Sarah incarne la vie, est la vie, la respiration, l’élan, le souffle qui permet de se sentir vivante.
Mais ce texte raconte aussi la fusion, la perte de soi dans l’autre. Le titre, écoutez le bien, c’est aussi Sarah conte Sarah  : la narratrice qui n’a pas de prénom devient Sarah, se fond dans son univers mental et culturel, n’écoute plus que la musique jouée par Sarah, ne vit qu’à travers son emploi du temps. Un couple, c’est rarement un équilibre, et l’un influence souvent fortement l’autre, l’immerge dans son monde, façonne ses goûts. C’est l’histoire d’une obsession, où l’autre est sans doute idéalisée, vue sous un angle singulier – , celui de l’amoureuse -où est la  vraie Sarah d’ailleurs?- , et où la plupart des phrases commencent par Elle. C’est l’histoire d’un effacement, d’une dilution de soi dans la passion.
Sarah, Il n’y a qu’elle en effet, et ce livre raconte alors l’histoire d’un épuisement ou même d’une lente vampirisation : Sarah charme et séduit d’abord, puis, par son caractère volcanique, ses colères et ses emportements, ôte toute sérénité à son amoureuse, la passion devient au sens étymologique une grande souffrance, une maladie. C’est trop, trop fort, trop épuisant. La vie ordinaire n’a plus de place dans ce tourbillon.  Entre les deux femmes, sous le signe de Truffaut souvent évoqué dans le livre, c’est Ni avec toi ni sans toi.

Ce livre ne serait rien, il pourrait même s’avérer ridicule, ampoulé, gavant, si l’écriture de l’auteure ne transmutait pas tout. Ce texte est avant tout musique, certaines phrases –Elle est vivante- ou paragraphes clés -pour décrire le visage de Sarah-  sont repris et répétés tels des leitmotivs ou des refrains. Ce texte est très poétique mais d’une poésie charnelle, fiévreuse, pour dire l’amour révélé avec une femme, pour dire le désir et le plaisir. Ce texte sent la justesse dans l’excès, comment dire, on y croit, on y est. Ce texte résonnera j’espère en vous comme il a résonné en moi, nous rappelle que oui aimer et être aimé c’est ce qui vaut le coup et que l’on cherche tous secrètement. Tant pis j’assume, Ca raconte Sarah, est le livre parfait, celui qu’il faut lorsqu’on a un tant soi peu un caractère passionné.

Ca raconte Sarah, ce livre si charnel, si vivant, si présent, est tout entier sous le signe de la littérature et sous l’égide de Marguerite Duras, qui en matière d’amour fou et impossible en connaissait un rayon. L’amour, le vrai, celui qui vaut le coup, qui embrase, chez Duras, ne peut être qu’impossible. Pire l’amour et la mort sont intrinsèquement liés, comme dans Hiroshima mon amour. Pauline Delabroy-Allard rend ici un très bel hommage à Duras, hommage complètement assumé,  : Ca raconte ça, ça raconte Sarah, qui déambule, entre les lignes de Marguerite.

Seuls moments de calme, de pause, dans ce texte sous le signe de la folie amoureuse -mais la folie n’est-elle pas du côté de ceux qui refusent de perdre les pédales?- , les renvois à des films ou des livres, passages plus ou moins développés et volontairement informatifs qui calment le jeu, permettent de rappeler que nous sommes dans le monde de la littérature et de la fiction, que tout a été déjà été dit, que seule la manière de le dire compte. Que la littérature a pour rôle de nous immerger dans la beauté mais aussi de nous tenir à distance, de nous permettre parfois ce pas de côté salvateur par rapport à notre existence et à nos expériences. Mettre des mots ou des images sur la vie, l’art qui devient alors la vraie vie, la vie enfin éclaircie.

Entrez dans la passion, vous n’en sortirez pas indemne. Et si vous croyez en sortir, en quittant l’être aimé(e), vous continuerez à vous consumer. Pauline Delabroy-Allard nous le rappelle avec une incroyable maîtrise, et entre en littérature de manière magistrale avec Ca raconte Sarah.