Dans la forêt de Jean Hegland

 Dans la forêt est un roman captivant et passionnant qui sonne comme une profession de foi. La vision de l’existence de l’auteure,  ses valeurs, sont concentrées ici, mais sans aucune lourdeur pédagogique ni leçons de morale, grâce à la magie de la fiction. Entre conte, récit réaliste et roman d’anticipation, le livre raconte comment deux soeurs, Nell et Eva, 17 et 18 ans, tentent de s’adapter dans un monde où la civilisation et la société de consommation actuelles sont en train de couler…   Plus d’électricité, de magasins, de transports, ça sent la catastrophe… Seules dans la maison au sein des bois qu’elles ont toujours habitée, comment Nell et Eva vont-elles trouver les ressources nécessaires pour se débrouiller?

Un des intérêts romanesque du texte est de ménager un habile suspens, une tension addictive, dus au destin incertain des deux héroïnes et aux périls qu’elles affrontent.  Dus aussi à l’empathie croissante ressentie pour ces jeunes filles, et particulièrement pour la narratrice Nell, qui se confie à nous au fil d’habiles aller-retour entre le présent et le passé. Le roman se lit ainsi comme un thriller, j’ai imaginé le pire pour ces deux jeunes filles, et j’ai frémi pour elles… je me suis projetée sans peine dans leur situation qui n’a rien d’irréaliste, mais qui dessine au contraire la possibilité du déclin des pays riches dans un proche avenir.

L’autre réussite du livre est d’allier le genre du récit d’anticipation -nous voici après un cataclysme ayant provoqué l’effondrement de notre civilisation- et celui du récit du retour vers les origines. Certes d’autres auteurs ont imaginé le scénario catastrophe de la fin de notre civilisation -et non des moindres, comme Cormac McCarthy dans La route– mais Jean Hegland s’y prend d’une  manière toute personnelle. Dans La route, la ligne du roman suit les déplacements et  le trajet du père et de son fils vers la mer, alors qu’ici l’auteur mise sur la sédentarité et l’isolement, les deux jeunes filles restant cloîtrées dans leur maison natale. Le lecteur en est réduit à imaginer ce qu’il se passe au-delà de la forêt, seuls de vagues échos et rumeurs effrayantes parviennent aux oreilles de Nell et d’Eva.  Me mettant à la place des deux soeurs, je me suis projetée dans une situation qui pourrait bien nous pendre au nez, un monde où peu à peu tout ce que nous pensons être la normalité et le confort vient à manquer. Réchauffement climatique, catastrophe écologique ou nucléaire, épuisement des ressources… nous côtoyons ces mots tous les jours, nous nous en gargarisons sans y croire vraiment, avant de prendre notre voiture et d’aller faire nos courses au Carrefour du coin. Jean Hegland effectue juste un petit pas de côté, sans scénario catastrophe effarant, sans peindre l’apocalypse,  imaginant de manière très réaliste et concrète le sort de ces deux soeurs forcées de s’adapter à une nouvelle situation et découvrant peu à peu ce qu’elles avaient tous les jours sous les yeux.
Découvrant peu à peu l’immense richesse de la nature qui les entoure, Dans la forêt devient alors un véritable manuel de débrouillardise en mode « comment survivre en autarcie » qui ferait rêver plus d’un altermondialiste. Juste un petit exemple tout simple : Nell et Eva se mettent à économiser leurs sachets de thé, pour peu à peu boire ce qui ressemblerait vaguement à de l’eau chaude aromatisée, jusqu’à ce qu’elles découvrent que la nature leur offre à foison feuilles de menthe ou de verveine pouvant être infusées. Moi qui ai un rapport disons compliqué et proche de la nullité avec la réalité matérielle – la seule idée de bricoler me dégoûte, l’idée de planter une courgette me fatigue, et j’ai le sens pratique d’une méduse abandonnée sur la plage- je me suis mise à rêver à mon tour de jardinage et d’une existence rythmée par les saisons au fin fond de la forêt canadienne.
Ode à la nature et aux capacités d’adaptation de l’homme -ou plutôt de la femme-, conte du retour vers les origines primitives, Dans la forêt est un roman puissant et inspiré comme on aimerait en lire tous les jours.

Ed Gallmeister, 1996

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *