Le coeur synthétique de Chloé Delaume

Adélaïde croyait exister hors du regard des hommes, s’être construite au-delà de leur désir. Aujourd’hui qu’elle devient un produit obsolète, la régression la guette, elle est assujettie. Elle préfèrerait tant être lesbienne, ses goûts sexuels, elle les maudit. Adélaïde ressent une forme de colère, elle aimerait être capable de se passer du couple. Elle se veut autonome, parfaitement accomplie. Pour autant ce manque l’accable. Ce soir la solitude lui pèse comme un sac plein de chatons qu’on mène à la rivière. Personne ne pense à elle et elle ne pense à personne. Elle est de son vivant, pour le monde, un souvenir. Rien n’est plus humiliant que de se sentir faible à cause de cette absence, juste le vide d’amour. Dépasser ce vertige, Adélaïde éprouve toutes les formes de la honte. Ca fait naître dans sa gorge l’embryon d’un sanglot.

Le coeur synthétique, conte réaliste, tragi-comédie, ou les tribulations d’Adélaïde en  pays du célibat.

Adélaïde, 46 ans,  est parisienne, attachée de presse dans l’édition, sans enfant, sans famille. Au début du roman, Adélaïde tombe en célibat comme d’autres  plonge dans un moteur alors qu’ils n’ont jamais mis le pied sur un embrayage.  Et pour son malheur, elle souffre d’un mal curieux mais fort répandu : l’ « épousite aiguë »,  qui pousse à subir le célibat comme un  terrible chemin de croix, une torture insupportable. Adélaïde ne voit qu’une seule alternative au malheur d’être seul : vivre en couple, c’est une obsession, une aliénation idéologique, le but de sa pauvre existence.

Ce roman délicieux  oscille entre le pathos le plus pathétique et la drôlerie drôlissime. Juste entre le rire et les larmes, exactement au bon endroit. Un délice au style ciselé, un vrai travail d’orfèvre, minutieux. Chaque phrase, chaque image tombe à pic : Adélaïde traîne son chagrin comme « un sac de chatons trop lourd que l’on va noyer ». A ce sens du détail stylistique s’ajoute une maîtrise des points de vue narratifs et de leur variation : on est à la fois avec Adélaïde, on éprouve son chagrin et son désarroi, en empathie totale, on se retrouve et se reconnaît, mais aussi à côté d’elle, en surplomb, en posture d’analyste, et on sourit tendrement ou méchamment, selon votre degré de férocité, devant tant de naïveté sentimentale bêbête.

 Cerise sur le gâteau, l’histoire de la quête amoureuse d’Adélaïde se double d’une irrésistible satire sociale du milieu éditorial parisien, jeux de mots à l’appui, – le prix du Chlore!-, tout le monde dans ce petit monde en prend pour son grade, auteurs, éditeurs, attachées de presse… L’ironie étant que Chloé Delaume ait été récompensé par le prix Médicis 2020 pour ce livre!

Pour finir, la question se pose : comment vivre et vieillir quand on est une femme sans homme?  La solution passe peut-être par une communauté de femmes, l’ amitié, la proximité géographique et la sororité. Tout un programme.

Editions du Seuil, 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *